twitter facebook youtube slideshare flickr
Accueil > Mot du premier Ministre > Le Premier Ministre Christophe Marie Joseph DABIRE

Le Premier Ministre Christophe Marie Joseph DABIRE

Un fervent adepte de la transparence et de la bonne gouvernance

mardi 16 juillet 2019, par Service d’information

Lors de ses deux passages les 18 février 2018 et 16 mars 2019 devant l’hémicycle pour sa Déclaration de Politique Générale et son exposé sur la Situation de la Nation, le Premier Ministre burkinabè Christophe Marie Joseph DABIRE a montré l’attachement et la détermination de son gouvernement à œuvrer pour la consolidation de la bonne gouvernance et de la transparence dans la gestion des affaires de l’Etat.

En exemple, il a souligné sa ferme volonté de son département à accompagner l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte Contre la Corruption (ASCE-LC) dans le renforcement des actions de lutte contre la fraude et la corruption afin d’éradiquer les fléaux qui minent le fonctionnement de l’administration.
Cette forte volonté du gouvernement à promouvoir la bonne gouvernance s’est également manifestée à travers la mise en œuvre des recommandations de l’enquête que le Parlement a menée sur le secteur minier et dont 77% selon le Premier Ministre, ont été à ce jour, déjà traduites en actions.
Et le Premier Ministre de citer de passage le renforcement des capacités opérationnelles de la Brigade nationale anti-fraude de l’or (BNAF) et de l’Agence nationale d’encadrement des exploitations minières artisanales et semi- mécanisées (ANEEMAS), en vue d’assurer des missions de contrôle et de sensibilisation des acteurs du secteur minier.
Du reste, l’ambition affichée par le chef du Gouvernement est de faire du Burkina Faso, un havre de transparence et de bonne gouvernance, contribuant ainsi à faire de ce pays une destination prisée des investisseurs notamment ceux intervenant dans la recherche et l’exploitation des ressources extractives. Ce paris est en passe d’être gagné car pour la seule année 2019, deux grandes sociétés minières (la société minière Orezone et la Société Minière de Sanbrado) ont effectué le lancement de leur travaux de construction à la grande satisfaction du chef du gouvernement qui s’est exprimé en ces termes : « nous constatons que, malgré les difficultés que notre pays connaît, notamment les problèmes de sécurité, il y a des partenaires, des pays amis qui continuent de nous faire confiance et qui viennent investir dans notre pays. C’est un bon signe pour le Burkina Faso…nous avons le devoir de faire en sorte que ceux qui nous accompagnent sur le terrain du secteur minier … aient confiance à nous et qu’ils continuent d’investir dans notre pays…avec cela, nous pourrons aller de l’avant ».