twitter facebook youtube slideshare flickr
Accueil > Mot du premier Ministre > Discours sur la situation de la nation 2020 de SEM Christophe Joseph Marie (...)

Discours sur la situation de la nation 2020 de SEM Christophe Joseph Marie Dabiré

jeudi 1er octobre 2020, par Département Communication

Le secteur minier, a connu l’entrée en activité de trois nouvelles mines industrielles portant la production d’or à 50 tonnes en 2019.
Cette performance aurait certainement été meilleure si le secteur n’avait pas connu des difficultés liées aux attaques terroristes et aux mouvements d’humeur de certaines populations riveraines.
Fait partie des progrès tangibles enregistrés dans le secteur, l’opérationnalisation du Fonds Minier de Développement Local.

Monsieur le Président,
Honorables Députés,
Mesdames et Messieurs,
Ce matin, je me présente devant vous comme l’exige la Constitution du Burkina Faso, dans le but d’exposer, à votre auguste Assemblée, la Situation de la Nation. Aujourd’hui, ce devoir de redevabilité, se déroule dans un contexte marqué par les affres de l’actualité brûlante de la crise liée à la pandémie du COVID-19 dont les premiers cas ont été révélés, le 09 mars 2020, au Burkina Faso.
Dans l’histoire, notre pays a connu des crises sanitaires. Toutefois, le COVID-19 est sans précédent ailleurs comme au Burkina Faso, où il endeuille des familles et handicape nos compatriotes, profondément perturbés, dans leurs habitudes socio-économiques.
Prenant la mesure de la gravité de cette pandémie, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, a fait deux adresses à la nation : la première, le 20 mars 2020, pour édicter des mesures restrictives de libertés, dans le but de freiner la propagation du coronavirus et rompre ainsi la chaine de transmission communautaire ; la seconde, le 02 avril 2020, pour annoncer des mesures d’accompagnement à même de soulager nos concitoyens durement touchés par les effets pervers de cette crise soudaine et rapidement répandue .
C’est le lieu pour moi de saluer la mobilisation générale de la population, son adhésion aux mesures difficiles prises par le Président du Faso. Par ailleurs, j’apprécie à sa juste valeur, la chaîne de solidarité qui s’est créée à cette occasion, dans un élan de sursaut national et dans un esprit de coopération internationale.