twitter facebook youtube slideshare flickr
Accueil > Actualités > Dossier presse > Activités minières au Burkina : forum d’information et de communication

Activités minières au Burkina : forum d’information et de communication

Pour plus de transparence

mercredi 10 novembre 2010, par Service Communication

Dans le cadre de la mise œuvre de l’initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) au Burkina, le ministère de l’Economie et des Finances, en partenariat avec l’ambassade de France dans notre pays, organise les 9 et 10 novembre 2010, à Ouagadougou, un forum d’information et de communication sous le thème : « le processus de l’ITIE-BF, l’activité minière et la participation de la société civile, des communauté locales, des représentants de l’Etat, des médias et autres associations cibles pour une meilleure gestion du secteur minier burkinabè ».

Le Burkina Faso déploie ces dernières années des efforts soutenus accompagnés d’une politique conséquente en matière d’exploitation et de recherche minière. En effet, le pays compte aujourd’hui parmi les Etats africains les plus riches en ressources naturelles, notamment minières.

A ce jour, on dénombre sur le territoire burkinabè, au total une dizaine de compagnies minières qui, pour la plupart, sont déjà en phase d’exploitation du minerais. Face à l’ampleur que prend le phénomène des investissements miniers, le gouvernement a décidé en avril 2008, de la création d’un d’organe chargé de la mise en œuvre de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE).
En rappel, l’ITIE est un programme d’envergure mondiale visant à promouvoir une meilleure gouvernance dans les pays riches en ressources naturelles à travers la publication et la vérification de tous les paiements effectués par les entreprises ou compagnies extractives et de toutes les recettes publiques provenant de l’exploitation des ressources pétrolières, gazières et minières. En d’autres termes, l’ITIE se veut la norme internationale de bonne gouvernance dans le secteur des industries extractives.

Le processus de transparence est axé sur une étroite coopération entre gouvernement, entreprises extractives et organisations de la société civile. L’initiative pour la transparence accompagne en principe les autres efforts destinés à accroître la transparence dans les pratiques budgétaires de l’Etat.

Après la mise en œuvre de l’ensemble des activités exigées par l’ITIE internationale, le Burkina Faso a obtenu le statut de « pays candidat » depuis mai 2009 et a entamé le processus de validation devant le conduire au statut de « Pays Conforme » en 2011. Le présent forum d’information et de communication en tant que cadre de concertation et d’échanges entre les compagnies minières, les organisations de la société civile, les institutions étatiques et les partenaires techniques et financiers vient donc à point nommé.

Pour le secrétaire général du ministère des Finances, Daniel Bambara, cette session de formation ; première du genre constitue un tournant décisif et marque l’engagement de l’Etat burkinabè à instaurer plus de transparence dans la gestion de l’activité minière.
Et Daniel Da Hien, représentant de la société civile, d’ajouter que l’adhésion des différentes couches socioprofessionnelles au programme de transparence renforce l’image de « société sociale responsable » que revêt notre pays au sein de la Communauté internationale.

Akoare laure Ido
l ’observateur Palga